L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

Un capteur de rayons X miniature pour une médecine de haute précision

Le rayonnement X permet de scruter la matière, que ce soit pour des applications médicales ou pour contrôler des pièces industrielles. Mais les détecteurs de rayons X sont encombrants, ce qui limite leur usage médical, spécialement pour des endoscopies. Les scientifiques cherchent donc à les miniaturiser, ce qui est loin d'être évident. En effet, la détection est indirecte : les rayons X sont d'abord absorbés par un matériau luminescent (un scintillateur), qui lui-même émet alors des photons de lumière visible, détectés par une caméra ou un photodétecteur. Or, à petite échelle, un scintillateur n'émet que très peu de photons, et dans toutes les directions : difficile pour une caméra de détecter le faible flux qui parvient jusqu'à elle !

Des chercheurs ont pourtant trouvé une solution, fondée sur l'utilisation d'une antenne optique qui redirige et canalise les photons émis par un scintillateur miniature. Ce dispositif ultra-compact rend possible la détection de rayonnements X dans des volumes de seulement quelques micromètres cubes. Inventé par une équipe du laboratoire Femto-ST (CNRS/Université Franche-Comté/UTBM/ENSMM) en collaboration avec des chercheurs du CiNaM (CNRS/AMU) et de l’Institut Utinam (CNRS/Université de Franche-Comté), il est construit sur une fibre optique de quelques dizaines de micromètres de diamètre. A une extrémité de la fibre, les chercheurs ont fait croître une micro pointe de polymère. Par-dessus cette structure, ils ont greffé un fragment minuscule de scintillateur, puis ont recouvert le tout d’une fine couche de métal afin de finaliser l’antenne optique dont le rôle est de canaliser la lumière, comme le font les antennes cornets pour les micro-ondes. Quand le fragment de scintillateur reçoit des rayons X, il émet alors de la lumière que l'antenne redirige vers la fibre. Il ne reste plus qu'à placer un détecteur de lumière à l'autre extrémité de la fibre. L'idée était d'aboutir à un dispositif industrialisable : la réalisation de l'antenne optique sur la fibre par photo polymérisation, tout comme le greffage du scintillateur, sont des procédés qui permettraient de produire en série et à bas coût.

La démonstration a été effectuée avec des rayons X de basse énergie (10keV ). Pour envisager des applications médicales, l'équipe veut maintenant passer le cap des hautes énergies : quelques dizaines de keV pour la radioscopie, et plusieurs centaines de keV pour des applications thérapeutiques. A plus long terme, les chercheurs ont d'autres idées. Ainsi, les antennes optiques pourraient permettre de réduire le délai entre l'absorption des rayons X et l'émission de lumière par le scintillateur, et déboucher sur des détecteurs de rayons X beaucoup plus rapides. Par ailleurs, alors que sa résolution spatiale est aujourd'hui de l'ordre du micromètre, de nouvelles procédures permettraient de descendre jusqu'à 100 nanomètres . Une perspective serait d'utiliser le détecteur comme une sonde de microscopie à balayage, pour analyser localement par exemple la composition chimique de matériaux composites.

Ces travaux ont été financé par le Labex Action et un projet a été déposé à l'ANR par l’équipe de recherche afin d’explorer ces nouvelles voies scientifiques et applicatives.

Antenne optique

Antenne optique

Antenne optique

  • Micron d’or sur le salon Micronora

    Pour l’un des robots miniatures les plus dextres existant à ce jour grâce à ses 7 degrés de liberté permettant la micromanipulation et le microassemblage dans des espaces extrêmement confinés...

    Lire la suite
  • nanofis de polymères

    Nano-fils de polymères

    Des molécules, du sel et de la lumière : une recette simple pour former des nano-fils géants!

    Lire la suite
  • Echange de bonnes pratiques autour de la spécialisation intelligente

    Dans le cadre de la programmation 2014-2020 des fonds européens, l’Union européenne a demandé à toutes les régions d'Europe d’élaborer une « stratégie de spécialisation intelligente » (« smart specialization strategy ») pour la recherche et l’innovation sur leur territoire : c’est la S3.

    Lire la suite
  • Apprentissage d'un réseau de neurones optiques.

    Les architectures photoniques destinées à concevoir les ordinateurs du futur inspirés du fonctionnement du cerveau (intelligence artificielle), continuent de progresser à FEMTO-ST, notamment dans la cadre du projet NeuroQNet.

    Lire la suite
  • FEMTO-ST remporte le 2e prix d'ActInSpace 2018 (Besançon)

    La troisième édition d'ActInSpace s’est déroulée en simultané dans plusieurs villes de France, d'Europe et du monde les 25 et 26 mai 2018.

    Lire la suite
  • Quand la lumière est dirigée par son champ magnétique

    Des chercheurs de FEMTO-ST ont découvert une nouvelle interaction magnétique optique pour diriger les flux lumineux. Ces travaux sont publiés dans la revue Light : Science and Applications

    Lire la suite
  • Amar Nath Ghosh récompensé à l'OSA Advanced Photonics Congress

    Amar Nath Ghosh a reçu le Best student paper award de l'OSA Advanced Photonics Congress qui a eu lieu du 2 au 5 juillet à Zurich.

    Lire la suite
  • L'équipe nanoscience de FEMTO-ST en couverture du journal de la société chimique de France

    Lire la suite
  • Focus sur les innovations de la filière "systèmes hydrogène-énergie"

    Quelques jours après l’annonce par le gouvernement du lancement d’un grand plan national hydrogène, l’institut Femto-ST organise le 20 juin 2018 au FCLAB à Belfort, un focus sur les innovations de la filière « systèmes hydrogène énergie ».

    Lire la suite
  • Assemblage robotique de la plus petite maison du monde

    les capacités de manipulation et d'assemblage de nanocomposants de la plateforme "µRobotex" fait le buzz sur le net et dans la presse internationale à travers la fabrication par origami d'une micro-maison au bout d’une fibre optique dont les dimensions sont inférieures au diamètre d’un cheveu.

    Lire la suite

Pages