L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

Sarah Benchabane lauréate d’une bourse ERC Consolidator grant 2019

Chargée de recherche CNRS à l’Institut FEMTO-ST, Sarah est lauréate d’une prestigieuse bourse du Conseil européen de recherche (ERC) d’un montant de 2M€ pour son projet uNIQUE - Nanophononique pour le traitement de l’information quantique.

Le Conseil européen de la recherche (ERC) a annoncé mardi 10 décembre les 301 lauréats de ses bourses « Consolidator Grant » 2019* qui bénéficieront d’une enveloppe globale de 600 millions d’euros.

La France se classe en troisième position des récipiendaires avec 43 projets récompensés cette année, contre 32 en 2018, derrière l’Allemagne (52) et le Royaume-Uni (50).

Pour rappel, depuis 2007 - date de création de Conseil Européen de la Recherche – l’institut FEMTO-ST compte désormais 4 lauréats de bourses ERC : Yanne K CHEMBO (starting grant 2011 : 1,4M€), John DUDLEY (advanced grant 2011 : 1,8M€), François COURVOISIER (consolidator grant 2015 : 2M€) et Sarah BENCHABANE (consolidator grant 2019 : 2M€)

*La bourse Consolidator Grant est réservée aux chercheurs - sept à douze ans après la thèse avec un financement allant jusqu’à 2,75 millions d’euros. Elle finance des projets exploratoires, originaux, porteurs de découvertes scientifiques, techniques et sociétales et est octroyée uniquement sur le critère de l’excellence scientifique.

 

Le projet ERC uNIQUE de Sarah BENCHABANE (Nanophononique pour le traitement de l’information quantique – Nanophononics for quantum information processing) 

vise à exploiter pleinement le potentiel offert par les ondes élastiques de surface en adoptant une approche au confluent de la phononique, la nanomécanique et l’acoustique quantique. L’objectif ultime y est de développer une plateforme tout-électromécanique de traitement quantique de l’information, dans laquelle des phonons issus de résonateurs mécaniques pourraient être interfacés avec des phonons de surface propagatifs à des fins de transport et de traitement du signal dans un système intégré. Cette plateforme pourrait, à terme, s’hybrider à d’autres systèmes quantiques, permettant ainsi de concevoir des dispositifs quantiques combinant différents degrés de liberté physiques.

La notion de vibration mécanique constitue l’un des fondements de la physique classique. Elle a cependant connu un renouveau spectaculaire au cours de ces dernières décennies, lié à l’avènement et au développement des micro- et nanotechnologies. Les microsystèmes électromécaniques, ou MEMS, ont par exemple su atteindre un degré de maturité considérable sur une échelle de temps des plus modestes et font maintenant partie intégrante de notre vie quotidienne. Parmi ces dispositifs figurent notamment les dispositifs à ondes élastiques de surface. Comme leur nom le laisse présager, ces dispositifs abritent des vibrations mécaniques capables de se propager à la surface d’un matériau. Ce sont donc des équivalents microscopiques des ondes de Rayleigh d’un séisme. Elles présentent certaines propriétés séduisantes, à l’image de leurs très faibles pertes de propagation et, ce qui peut paraître contre-intuitif, de leur faible vitesse de propagation au regard des ondes électromagnétiques. Ces propriétés les ont érigées en composants phares dans le domaine des télécommunications sans fils : les ondes élastiques de surface permettent de filtrer mais aussi de retarder un signal encodant une information en le transportant sur une distance très réduite, répondant ainsi à la nécessité d’assurer un grand degré de compacité à ces composants. Les composants à ondes de surface se comptent ainsi par dizaines au sein d’un seul téléphone mobile de dernière génération.

Comme toute vibration mécanique, les ondes élastiques de surface peuvent venir affecter leur environnement en agissant par exemple sur les champs de contraintes, de déformations, ou même sur le champ électrique. Cette propriété remarquable leur permet de se coupler à d’autres degrés de liberté physiques : des champs optiques, des objets magnétiques, ou des circuits électroniques. L’un des points clés de ce processus est que la cohérence intrinsèque de ces vibrations mécaniques est conservée. Ce phénomène est bien connu et a été largement exploité dans le contexte des nanorésonateurs mécaniques, ouvrant d’excitantes perspectives en physique fondamentale. La faible masse de ces résonateurs les rend extrêmement sensibles à leur environnement. Ce sont donc des objets particulièrement appropriés à la réalisation de capteurs ultimes. Mais cette propriété leur confère également la possibilité d’atteindre un régime de fonctionnement quantique.  De récents travaux ont démontré que ces observations s’appliquaient aussi aux ondes élastiques de surface, qui se sont également révélées capables de transporter des états quantiques via des phonons uniques. Les approches proposées ne tirent toutefois pas encore profit de tout le potentiel offert par les propriétés de propagation de ces vibrations mécaniques particulières.


Parcours de Sarah BENCHABANE

Après l'obtention d'un DEA spécialité Optique et Optoélectronique obtenu en 2003 à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, Sarah Benchabane a intégré l'Institut FEMTO-ST pour préparer un doctorat en Sciences pour l'Ingénieur obtenu en Décembre 2006. A l'issue de cette thèse, elle a rejoint le groupe d'Optoélectronique de l'Institut de Ciences Fotoniques (ICFO) à Barcelone en tant que chercheur contractuel. Depuis janvier 2008, elle a réintégré FEMTO-ST en tant que chargée de recherche CNRS. Ses activités s'orientent depuis lors autour de l’étude de la propagation et du confinement des ondes élastiques dans des micro- ou nano-structures, dans les cristaux phononiques en particulier. Les travaux menés sont à forte coloration expérimentale et technologique: ils visent à développer des dispositifs et concepts ouvrant des perspectives d’applications au traitement électro-acoustique du signal, mais également à réaliser des systèmes présentant un spectre d’applications s’étendant au-delà de l’acoustique, en évaluant le potentiel d’interaction avec d’autres phénomènes susceptibles d’être affectés par une déformation élastique. Ses brillants travaux lui valent de recevoir en 2012 la médaille de bronze du CNRS.

Contact :

Sarah BENCHABANE
Tel : 03 63 08 24 54

Découvrez tous les lauréats CNRS de la délégation centre-est

Découvrez tous les lauréats CNRS sur le site de l'Institut des Sciences de l'Ingénierie et des Systèmes

 

 

 

Award
  • FEMTO-ST sur C8

    FEMTO-ST sur C8

    Lire la suite
  • Métamatériau en torsion…en couverture de Science !

    Muamer Kadic, enseignant-chercheur d'UBFC au sein du l’institut FEMTO-ST, est co-auteur d’un article dans la prestigieuse revue "Science" en collaboration avec des partenaires du Karlsruhe Institute of Technology (KIT) en Allemagne.
    Leur découverte sur des métamatériaux mécaniques permettant de convertir une simple pression linéaire en un mouvement de torsion pure fait même l’objet de la couverture du journal.

    Lire la suite
  • Concours de photo national #MoiChercheur

    Daniel Guneysu, doctorant au sein de l’équipe BioMicrodevices de FEMTO-ST participe au prochain concours photo national #MoiChercheur soumis au vote du public…Soutenez le !

    Lire la suite
  • Solveig Perret (Optique) remporte le prix du meilleur Poster à Tampere

    Solveig Perret (département Optique) a été récompensée par le jury du "Symposium on Future Prospects for Photonics on Mid-Infrared Light Sources and Applications" qui a eu lieu à Tampere (Finlande) les 13 et 14 décembre 2017.

    Lire la suite
  • Sabina Kuprenaite reçoit le Best Presentation Award à ISIF 2017

    Sabina Kuprenaite (département TF) vient d'être récompensée par l'award de la meilleure présentation lors d'International Symposium on Integrated Functionalities.

    Lire la suite
  • Des chercheurs de FEMTO-ST ont fabriqué un vrai sabre laser

    A l'occasion de la sortie du 8ème épisode de STAR WARS, France Bleu Besançon diffuse une interview insolite sur les Skywalker et Kenobi de FEMTO-ST !

    Lire la suite
  • Les experts mondiaux du domaine de l’électrification des véhicules sont réunis à Belfort

    Après Séoul, Pékin, Chicago ou encore Montréal,c’est Belfort qui accueille cette année du 11 au 14 décembre quelques 350 chercheurs & ingénieurs,experts mondiaux qui sont venus traiter des sujets liés au développement des véhicules hybrides, électriques, à hydrogène, mais aussi des questions liées à l’infrastructure de recharge de ces véhicules, et plus généralement, des questions de mobilité électrique.

    Lire la suite
  • Daniel Hissel (Département Energie) à la UNE de CNRS Le Journal

    A l'occasion du congrès VPPC qui débute le lundi 11 décembre 2017, Daniel Hissel évoque dans CNRS Le Journal les atouts de l'hydrogène...

    Lire la suite
  • Industriels, augmentez votre compétitivité via l'innovation !

    Une journée interactive sur la thématique de l'aéronautique pour découvrir les possibilités de collaboration avec l'institut de recherche FEMTO-ST et son centre de R&D FEMTO Engineering.

    Lire la suite
  • FEMTO-ST met en avant ses travaux sur l'intelligence artificielle

    Les prouesses de l'intelligence artificielle devraient changer notre quotidien. Laurent Larger et Daniel Brunner (optique) nous éclairent sur cette innovation révolutionnaire : ils utilisent la lumière pour calculer à la manière d'un cerveau humain.

    Lire la suite

Pages