L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

Bilan de clôture du projet DATAZERO

Un projet ANR visant à concevoir et administrer des data centers de moyenne puissance alimentés exclusivement par sources énergétiques renouvelables.

Le projet DATAZERO a vu le jour en 2015, financé par l'Agence nationale de la recherche. Dirigé par l'Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT), le consortium du projet comprend également le laboratoire LAPLACE, l'institut FEMTO-ST et la société Eaton.

DATA ZERO vise à créer des centres de données plus écologiques pouvant exploiter efficacement plusieurs sources d’énergies renouvelables tout en proposant un stockage local de cette énergie au moyen de batteries et de piles à combustibles à l’hydrogène. Le défi étant de résoudre le problème d’adéquation entre la production d’énergie renouvelable, telle solaire et éolienne, qui par nature est intermittente, et la consommation de ces centres de données qui doit être résiliente à tout moment et fiable.

Destiné aux centres de données de taille moyenne allant jusqu'à 1 000 m2 et 1 MW, DATAZERO a franchi de nombreuses étapes au cours des quatre dernières années. Cela inclut la conception de micro-réseaux combinant production renouvelable et stockage d’énergie hybride, ainsi que l’intégration d’une « boucle de négociation » d’un middleware permettant d’aligner la production et le stockage d’énergie sur les besoins des centres de données. En juin 2019, l’équipe a également confirmé qu’il était théoriquement possible de gérer un centre de données de 1 MW alimenté uniquement par de l’énergie renouvelable locale, ainsi que par le stockage de l’énergie à court et à long terme.

Pour finaliser ce projet, les membres du consortium DATAZERO organisent l’atelier de discussion « Les centres de données alimentés par des énergies renouvelables » du 14 au 16 octobre. L'événement accueille à Besançon à l’institut FEMTO-ST, des conférenciers internationaux lors de sessions techniques, de démonstrations en direct et une table ronde sur l'avenir des centres de données. Les participants d'un large éventail de disciplines pourront ainsi apprécier les progrès réalisés et des difficultés rencontrées pour permettre aux centres de données d'exploiter efficacement l'énergie renouvelable. Il sera également évoqué la planification efficace des ressources, la gestion du refroidissement et de la chaleur ainsi que les interactions avec le réseau électrique.

Contact : Jean-Marc Nicod

  • FEMTO-ST présent à la 4eme édition des 24h du temps

    Des chercheurs et doctorants de FEMTO-ST participent aux 24h du temps. Une manifestation destinée à promouvoir le savoir-faire technique et scientifique régional dans le domaine du temps et de l’horlogerie qui se déroulera les 3 et 4 juin place Granvelle à Besançon

    Lire la suite
  • Yann Le Gorrec lauréat du prix du service 2017 de l'IFAC France

    Le prix du service 2017 de l'"International Federation of Automatic Control" sera remis en juillet prochain à Yann Le Gorrec, enseignant chercheur au sein de l'institut FEMTO-ST

    Lire la suite
  • Un capteur de rayons X miniature pour une médecine de haute précision

    Détecter les rayons X à une très petite échelle spatiale ouvre la voie à des images médicales et des thérapies de haute précision. C'est ce qu'a réalisé une équipe d'opticiens de FEMTO-ST en intégrant un détecteur à l'extrémité d'une fibre optique. Ces travaux viennent d'être publiés dans la revue Optics Letters et font les "highlights" de l'OSA (Optical Society)

    Lire la suite
  • Nesrine BELKADI, Rania MEZZI et Bogdan PENKOVSKI finalistes de Ma thèse en 180 secondes

    Nesrine BELKADI, Rania MEZZI et Bogdan PENKOVSKI, Doctorants à FEMTO-ST, font partie des 10 finalistes de « Ma thèse en 180 secondes ».
    Venez les encourager le mardi 4 avril à 18 heures à l'amphithéâtre Chosson AgroSup Dijon !

    Lire la suite
  • Prix EEA pour Marine Jouin

    Marine Jouin est lauréate du prix de thèse du Club EEA - section automatique, session 2017.

    Lire la suite
  • Concours photo 2016 de l'Optical Society of America, 3ème place pour Rémi Meyer

    La photo proposée Rémi Meyer (doctorant Optique) lors du concours photo organisé par l'Optical Society of America a été classée 3ème.

    Lire la suite
  • Un cerveau optique ultra rapide

    L'association de tous nouveaux concepts de calculs basés sur les réseaux de neurones artificiels, et de composants photoniques, a permis la mise au point d'un processeur optique capable de résoudre des problèmes complexes de manière ultra-rapide. Le résultat de ces travaux développés par une équipe d’opticiens de FEMTO-ST sont publiés dans la revue « Physical Review X »

    Lire la suite
  • De nouveaux matériaux contre les nuisances sonores

    les sources de pollution sonore sont multiples dans notre quotidien et ont des répercussions aussi bien sur la santé que sur l'économie. À l'institut FEMTO-ST, chercheurs et ingénieurs se penchent sur cette problématique qui nous concerne tous afin de développer des métamatériaux capables d'absorber le son. Pour tester leur invention, direction la salle sourde du laboratoire située dans les locaux de l'IUT…

    Lire la suite
  • Nouvelle méthode informatique dans le traitement des tumeurs rénales chez l'enfant

    Dans le cadre d’un projet INTERREG, l’institut FEMTO-ST en lien avec ses différents partenaires franco-suisses va développer une méthode informatique capable de construire des représentations en trois dimensions de reins tumoraux chez l’enfant à partir d’images scanner et sans intervention humaine.

    Lire la suite
  • Dilater le temps pour mieux prédire les évènements extrêmes

    Dilater les échelles de temps pour explorer les évènements extrêmes de la nature semblait impossible… Cette prouesse est désormais envisageable grâce à une équipe de l’Institut FEMTO-ST qui a utilisé une technique innovante de détection permettant de capturer en temps réel de tels évènements. Cette technique, appliquée pour le moment à la photonique, pourrait aider à la prédiction de vagues scélérates à la surface des océans ou d’autres évènements naturels extrêmes. Ces travaux, menés en collaboration avec des chercheurs finlandais, irlandais et canadiens, sont publiés dans la prestigieuse revue « Nature Communications » du 19 décembre 2016.

    Lire la suite

Pages