L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

Un capteur de rayons X miniature pour une médecine de haute précision

Le rayonnement X permet de scruter la matière, que ce soit pour des applications médicales ou pour contrôler des pièces industrielles. Mais les détecteurs de rayons X sont encombrants, ce qui limite leur usage médical, spécialement pour des endoscopies. Les scientifiques cherchent donc à les miniaturiser, ce qui est loin d'être évident. En effet, la détection est indirecte : les rayons X sont d'abord absorbés par un matériau luminescent (un scintillateur), qui lui-même émet alors des photons de lumière visible, détectés par une caméra ou un photodétecteur. Or, à petite échelle, un scintillateur n'émet que très peu de photons, et dans toutes les directions : difficile pour une caméra de détecter le faible flux qui parvient jusqu'à elle !

Des chercheurs ont pourtant trouvé une solution, fondée sur l'utilisation d'une antenne optique qui redirige et canalise les photons émis par un scintillateur miniature. Ce dispositif ultra-compact rend possible la détection de rayonnements X dans des volumes de seulement quelques micromètres cubes. Inventé par une équipe du laboratoire Femto-ST (CNRS/Université Franche-Comté/UTBM/ENSMM) en collaboration avec des chercheurs du CiNaM (CNRS/AMU) et de l’Institut Utinam (CNRS/Université de Franche-Comté), il est construit sur une fibre optique de quelques dizaines de micromètres de diamètre. A une extrémité de la fibre, les chercheurs ont fait croître une micro pointe de polymère. Par-dessus cette structure, ils ont greffé un fragment minuscule de scintillateur, puis ont recouvert le tout d’une fine couche de métal afin de finaliser l’antenne optique dont le rôle est de canaliser la lumière, comme le font les antennes cornets pour les micro-ondes. Quand le fragment de scintillateur reçoit des rayons X, il émet alors de la lumière que l'antenne redirige vers la fibre. Il ne reste plus qu'à placer un détecteur de lumière à l'autre extrémité de la fibre. L'idée était d'aboutir à un dispositif industrialisable : la réalisation de l'antenne optique sur la fibre par photo polymérisation, tout comme le greffage du scintillateur, sont des procédés qui permettraient de produire en série et à bas coût.

La démonstration a été effectuée avec des rayons X de basse énergie (10keV ). Pour envisager des applications médicales, l'équipe veut maintenant passer le cap des hautes énergies : quelques dizaines de keV pour la radioscopie, et plusieurs centaines de keV pour des applications thérapeutiques. A plus long terme, les chercheurs ont d'autres idées. Ainsi, les antennes optiques pourraient permettre de réduire le délai entre l'absorption des rayons X et l'émission de lumière par le scintillateur, et déboucher sur des détecteurs de rayons X beaucoup plus rapides. Par ailleurs, alors que sa résolution spatiale est aujourd'hui de l'ordre du micromètre, de nouvelles procédures permettraient de descendre jusqu'à 100 nanomètres . Une perspective serait d'utiliser le détecteur comme une sonde de microscopie à balayage, pour analyser localement par exemple la composition chimique de matériaux composites.

Ces travaux ont été financé par le Labex Action et un projet a été déposé à l'ANR par l’équipe de recherche afin d’explorer ces nouvelles voies scientifiques et applicatives.

Antenne optique

Antenne optique

Antenne optique

  • Journées nationales sur les Technologies Emergentes en Micro-Nanofabrication

    Ces journées scientifiques qui ont lieu du 30 novembre au 2 décembre à Besançon rassemblent les acteurs majeurs français en micro-nanotechnologies, génie des procédés, physique et modélisation des processus de fabrication.

    Lire la suite
  • 16ème Symposium international sur les Systèmes robotiques autonomes distribués

    Près d’une centaine de scientifiques en provenance du monde entier se donnent rendez-vous, sous l’égide de FEMTO-ST, à Montbéliard du 28 au 30 novembre pour échanger sur un domaine interdisciplinaire en pleine expansion.

    Lire la suite
  • Clôture du projet, MiMédI, Microtechniques pour les Médicaments Innovants

    Les 9 partenaires du projet européen de stratégie régionale d’innovation par la spécialisation intelligente MiMédI présentent les résultats portant sur l'amélioration des méthodes de production de biomédicaments et la réduction de leur coût de fabrication.

    Lire la suite
  • Bruno Bonnell en visite à FEMTO-ST

    Le Secrétaire Général Pour l’Investissement (SGPI) Bruno Bonnell, en charge du déploiement du programme interministériel France 2030 sous l’autorité directe de la Première Ministre, a rencontré les chercheurs de l’institut mardi 4 octobre.

    Lire la suite
  • Fei Gao lauréat du prix "Sustainable Future Visionary Award"

    Professeur à l’UTBM et chercheur à FEMTO-ST, Fei Gao est aujourd’hui un des spécialistes mondiaux de la pile à combustible et des jumeaux numériques.

    Lire la suite
  • Micron d’or sur le salon MICRONORA 2022

    FEMTO-ST est récompensé d’un micron d’or pour sa structure nanorobotique tridimensionnelle actionnée de manière précise et continue en fonction de la puissance de la lumière pour la préhension de nano objets.

    Lire la suite
  • FEMTO-ST sur le salon MICRONORA 2022

    Du 27 au 30 septembre, plus de 600 exposants directs et 15000 visiteurs professionnels sont attendus à Besançon sur le salon international des microtechniques. FEMTO-ST et FEMTO Engineering seront présents.

    Lire la suite
  • Le robot de prise et de dépose le plus rapide du monde

    Une équipe de chercheurs a développé un robot miniature capable de manipuler des objets micrométriques à des vitesses jamais atteintes. Ces travaux font l’objet d’ une publication dans la prestigieuse revue américaine «Science Robotics»

    Lire la suite
  • Aude Bolopion reçoit le très sélectif « Big-in-Small Award 2022 »

    Ce prix annuel,remis lors de la conférence MARSS à Toronto, récompense « le meilleur microroboticien » de l'année au niveau international.

    Lire la suite
  • Engins spatiaux : un lubrifiant solide adapté à l'air comme au vide

    les engins spatiaux sont soumis à des contraintes extrêmes. Des chercheurs ont développé un prototype de lubrifiant solide qui ne souffre pas de l’oxydation à l’air libre et qui fonctionne mieux que les solutions actuelles dans le vide. Ces travaux ont abouti à un dépôt de brevet.

    Lire la suite

Pages