L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

Un cerveau optique ultra rapide

cerveau optique ultra-rapide

cerveau optique ultra-rapide

cerveau optique ultra-rapide

L'association de tous nouveaux concepts de calcul inspirés par le cerveau, et de composants photoniques, a permis la mise au point d'un processeur optique capable de résoudre des problèmes complexes de manière ultra-rapide.

Depuis quelques années, le domaine de l’informatique connait une révolution depuis que l’intelligence artificielle est envisagée sous l’angle des réseaux de neurones artificiels de nouvelles générations (notamment avec le deep learning ou apprentissage profond), issus notamment de l’apprentissage machine. L’indicateur le plus visible concerne les géants du secteur comme IBM, Google, Facebook, qui ont en fait un axe fort de développement stratégique en démultipliant les équipes de recherche sur le sujet et en recrutant les chercheurs les plus en pointes dans le domaine.

Ces approches pourtant connues depuis plus de 60 ans bénéficient d’une formidable renaissance (après avoir été quasiment « oubliées » pendant 20 ans), grâce notamment aux nouvelles générations de processeurs parallèles (les GPU, massivement mis en parallèles), et aux bases de données gigantesques accessibles.

Toutefois, les ressources informatiques nécessaires pour traiter ces données devenues massives sur l’internet, et malgré le formidable essor récent des technologies numériques, sont en passe d’atteindre les limites des capacités des unités de calculs modernes en termes de rapidité de traitement des données et d’efficacité de gestion de l’énergie.

C’est pourquoi, au-delà d’une approche informatique, une approche physique propose de nouvelles solutions matérielles, et non logicielles, pour réaliser les calculateurs du futur, destinés à remplacer efficacement (énergie, rapidité) les approches actuelles dominées par la programmation dans des calculateurs conventionnels. En effet, ces derniers proviennent des travaux de John von Neumann qui au début des années cinquante proposa, en s’appuyant sur les travaux de Turing, la première réalisation opérationnelle d’un calculateur qui constitue encore aujourd’hui l’architecture de base de tous les processeurs de nos ordinateurs, qui n'est factuellement pas adaptée aux concepts émergents de l'intelligence artificielle.

Le nouveau concept de calculateur neuromorphique utilisé dans ces travaux, le Reservoir Computing, est a priori celui d'un calculateur universel. Il a pu être implémenté physiquement sur un dispositif photonique avec des lasers, des fibres optiques, des modulateurs et détecteurs de lumière. Sa capacité de calcul, après une phase d’apprentissage, a été testée avec succès dans le cas d'un test standard de reconnaissance vocale. Une vitesse de traitement record de près d'1 million de mots par seconde a été atteinte.

Une des originalités concerne l'utilisation d'une astuce récemment proposée, consistant à émuler dans des dimensions temporelles multi-échelles le traitement de l’information par un réseau de neurones artificiel (habituellement considéré à travers ses dimensions spatio-temporelles), au travers d'une architecture de type oscillateur optoélectronique à boucle à retard. Celle-ci a pu être implémentée physiquement avec des composants standards des télécommunications optiques.

Ce résultat ouvre la voie à une solution technologique originale de réalisation physique des futurs processeurs neuro-inspirés. Cette solution originale donne accès à la puissance de calcul offerte par les processeurs neuronaux, à des vitesses de traitement inégalées (échelles de temps des télécommunications optiques jusqu'à 1 milliard de fois plus rapides que celles du cerveau humain), et potentiellement à une excellente efficacité énergétique grâce à l'utilisation de la lumière comme support de l'information.

Malgré une architecture ayant un niveau de complexité encore relativement modeste, le système photonique réalisé a des performances comparables à celles des meilleures solutions algorithmiques utilisant des ordinateurs standards (donc comparativement beaucoup plus lents).

Les résultats obtenus concernent aussi sur un plan plus fondamental, l'établissement d'un modèle qui crée un lien manquant entre les réseaux de neurones et des concepts de traitement du signal. Ce lien met en lumière une méthode pratique pour trouver des solutions au problème technologique critique du câblage dense entre neurones. En effet, cela consiste à travailler uniquement sur des dimensions temporelles multi-échelles au lieu de tenter de reproduire les dimensions spatio-temporelles, liées au câblage naturellement assuré par les synapses dans le cerveau humain.

Contact : Maxime Jacquot

Tel : 03.63.08.24.16

Voir l'article

  • Laboratoires communs CNRS-Entreprises 2021

    FEMTO-ST et AUREA Technologies mis à l’honneur lors du prochain évènement LAB COM CNRS qui se tiendra à Paris les 29 et 30 novembre.

    Lire la suite
  • Nanorobotique du futur : FEMTO-ST entre dans la 4ème dimension

    Pour la première fois, des structures nanorobotiques ont été réalisées par pliage en 3 dimensions d'une membrane multi-couche en proposant en plus leur actionnement par un principe électro-thermo-mécanique.

    Lire la suite
  • Lumière sur les lasers supercontinuum

    En collaboration avec des collègues des Universités de Tampere, d'Aston et de l'ICB à Dijon, des chercheurs de FEMTO-ST ont fait des progrès significatifs sur la compréhension de la nature chaotique des lasers en étudiant un laser supercontinuum en régime d’impulsions fortement instables.

    Lire la suite
  • Julio Andrés Iglesias Martínez reçoit le prix de la meilleure présentation étudiante à IEEE Ultrasonic Symposium

    Ses travaux consistent à réaliser des cristaux phononiques tridimensionnels à l’échelle microscopique présentant les bandes interdites les plus larges connues à ce jour.

    Lire la suite
  • Des textiles égyptiens vieux de 4000 ans éclairent sur la durabilité des fibres de lin

    Publiés dans la revue Nature Plants, des travaux impliquant des scientifiques de FEMTO-ST aident à proposer des matériaux à base de fibres de lin toujours plus performants et résistants.

    Lire la suite
  • Les Visites insolites du CNRS 2021 : plongez au cœur de la science !

    Plonger dans la peau d’une cellule, comprendre les systèmes de conversion d’énergie ou encore savoir pourquoi et comment l’hydrogène pourrait être le carburant du futur…grâce aux visites insolites organisées à Besançon et Belfort par FEMTO-ST !

    Lire la suite
  • Matière programmable : Tentative de record du monde

    Une équipe de recherche de FEMTO-ST tente de faire homologuer par le « Guinness World Record » le record du plus grand nombre de blocs lumineux autonomes assemblés dans une structure.

    Lire la suite
  • Rodolphe Boudot reçoit le prix EFTF Young Scientist Award 2020

    L'IEEE EFTF-IFCS 2021 est une conférence conjointe de l'European Frequency and Time Forum et de l'IEEE International Frequency Control Symposium. La conférence conjointe 2021, initialement prévue à Paris en avril, a été convertie en une conférence virtuelle du 7 au 17 juillet 2021.

    Lire la suite
  • Giacomo Clementi, grand prix i-PhD

    Pour ses travaux sur le matériau Niobate de Lithium (LiNbO3) qui ont permis de concevoir des dispositifs originaux et efficaces de récupération d’énergie vibratoire par effet piézo-électrique, en particulier pour les objets connectés.

    Lire la suite
  • Concours des doctorants-ambassadeurs FEMTO-ST

     Remise de prix aux trois vainqueurs du concours de meilleurs posters de présentation de travaux de thèse lors du séminaire interne FEMTO-ST du 2 juillet.

    Présentation « en live » en amphi à Sevenans (UTBM) des 10 doctorants finalistes, suivi d’un vote en ligne qui a récompensé :

    Lire la suite

Pages