L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

Comprendre la cytotoxicité des nanoparticules métalliques

Une étude récente publiée dans la revue « Chemical Science » et impliquant FEMTO-ST donne de nouvelles perspectives dans la compréhension des mécanismes d’altération de l’ADN dans les cellules par les nanoparticules métalliques.

Le stress oxydant est l’un des processus souvent incriminés à la genèse de nombreuses maladies, comme les cancers. Ce stress oxydant est caractérisé par la production dans les cellules d’espèces oxydantes appelées ROS (reactive oxygene species), qui peuvent altérer l’ADN. La production des ROS découle de processus de transfert d’électrons faisant intervenir des cations métalliques. Heureusement, le plus souvent les cellules possèdent des systèmes efficaces d’auto-défense efficaces qui préviennent la formation des ROS. Des molécules de la famille des catéchols (des molécules aromatiques possédant au moins deux fonctions alcool adjacentes) jouent ce rôle d’agents de défense contre les ROS. Ces mécanismes d’échanges d’électrons bien connus expliquent parfaitement la toxicité des nanoparticules d’oxyde métalliques. En revanche, le mécanisme d’action des nanoparticules métalliques reste méconnu alors qu’elles sont pourtant plus toxiques que leurs alter-ego à base d’oxydes ou les cations métalliques correspondants en solution.

Des chercheurs de l’Institut Néel (CNRS/Université Grenoble Alpes), de l’Institut FEMTO-ST (CNRS/Université Bourgogne-Franche-Comté), de l’Institut de la science des matériaux de Madrid (Espagne) et de l’Institut des matériaux de Trieste (Italie) ont découvert des sources de cyto-toxicité pour des nanoparticules métalliques.

Pour comprendre et modéliser le rôle de la surface des nanoparticules, les chercheurs ont concentré leur étude sur une surface de basse énergie (particulièrement stable) du cuivre interagissant avec une couche moléculaire sous ultra-haut vide. Les observations de molécules individuelles, par microscopie à effet tunnel, l’analyse à haute résolution de la composition de chaque molécule, et des calculs ab initio, ont révélé la façon dont se transforme progressivement les molécules. Le principal résultat démontre que la surface de cuivre est le siège d’une réaction d’oxydo-réduction très particulière, dit “intramoléculaire” : les molécules de catéchol voient leurs fonctions alcool oxydées alors que d’autres fonctions sont réduites, grâce à un transfert d’électrons entre les substituants d’une même molécule. Cette transformation est gouvernée par l’alignement des niveaux électroniques de la surface de cuivre et des molécules, la surface de cuivre « forçant » la molécule à se transformer pour permettre son adsorption.

Cette étude propose un mécanisme d’action des surfaces des nanoparticules métalliques pour transformer les agents de défense des cellules en agents de type ROS susceptibles d’altérer l’ADN cellulaire et donc de provoquer des cancers. Le métal joue ici un rôle catalytique, c’est-à-dire qu’une infime quantité de surface de cuivre peut oxyder une très grande quantité de molécules de type catéchol. L’étude illustre la puissance de l’attirail de techniques de la science des surfaces pour mettre à jour l’évolution de systèmes a priori très complexes, y compris vivants. Le travail est amené à se prolonger pour valider en milieu biologique le mécanisme d’action des nanoparticules métalliques découvert et d’ouvrir de nouvelles perspectives dans la compréhension des mécanismes d’altération de l’ADN.

Article en ligne

Article sur site du CNRS

DOI : 10.1039/D0SC04883F

 Contact : Frédéric Chérioux

  • Elodie Pahon reçoit le prix «Hydrogen Europe Research Young Scientist Award»

    Ce prix vient récompenser ses travaux de haut niveau visant à développer un système de pronostic et de contrôle intelligent de systèmes pile à combustible.

    Lire la suite
  • Emmanuel RAMASSO, récompensé au travers d'un prix de groupe décerné par la NASA

    Pour une contribution remarquable à la réalisation et au partage d'ensembles de données expérimentales portant sur des défaillances de systèmes avec une valeur scientifique exceptionnelle...

    Lire la suite
  • Les chimères existent...

    L'American Institute of Physics (AIP) a publié notre récent article dans l'un des temps forts scientifiques spéciaux, connu sous le nom de Scilight.

    Lire la suite
  • Concours Docteurs-Entrepreneurs en Bourgogne-Franche-Comté : 3 lauréats issus de FEMTO-ST

    Vladimir Gauthier (CellSelect), prix Docteurs-Entrepreneurs ; Aliyasin El Ayouch (Metabsorber), prix Emergence ; Romain Viala (MICAD), prix « Coup de coeur » ont été récompensés lors de la finale régionale qui a eu lieu le 16 octobre à Dijon

    Lire la suite
  • Micron d’or sur le salon Micronora

    Pour l’un des robots miniatures les plus dextres existant à ce jour grâce à ses 7 degrés de liberté permettant la micromanipulation et le microassemblage dans des espaces extrêmement confinés...

    Lire la suite
  • nanofis de polymères

    Nano-fils de polymères

    Des molécules, du sel et de la lumière : une recette simple pour former des nano-fils géants!

    Lire la suite
  • Echange de bonnes pratiques autour de la spécialisation intelligente

    Dans le cadre de la programmation 2014-2020 des fonds européens, l’Union européenne a demandé à toutes les régions d'Europe d’élaborer une « stratégie de spécialisation intelligente » (« smart specialization strategy ») pour la recherche et l’innovation sur leur territoire : c’est la S3.

    Lire la suite
  • Apprentissage d'un réseau de neurones optiques.

    Les architectures photoniques destinées à concevoir les ordinateurs du futur inspirés du fonctionnement du cerveau (intelligence artificielle), continuent de progresser à FEMTO-ST, notamment dans la cadre du projet NeuroQNet.

    Lire la suite
  • FEMTO-ST remporte le 2e prix d'ActInSpace 2018 (Besançon)

    La troisième édition d'ActInSpace s’est déroulée en simultané dans plusieurs villes de France, d'Europe et du monde les 25 et 26 mai 2018.

    Lire la suite
  • Quand la lumière est dirigée par son champ magnétique

    Des chercheurs de FEMTO-ST ont découvert une nouvelle interaction magnétique optique pour diriger les flux lumineux. Ces travaux sont publiés dans la revue Light : Science and Applications

    Lire la suite

Pages