L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

Nano-fils de polymères

Des molécules, du sel et de la lumière : une recette simple pour former des nano-fils géants!

Les nanofils sont les briques de base de la nanoélectronique car ils permettent de connecter deux dispositifs. Un des défis majeurs des nanotechnologies est de réussir à construire des nanofils de géométrie parfaitement contrôlée avec une longueur de plusieurs microns sur une surface. Des chercheurs de l’Institut des Nanosciences de Provence (IM2NP), de l’Institut FEMTO-ST et de l’Université de Lincoln (Angleterre) sont les premiers à réussir ce challenge en combinant chimie des polymères, observations au microscope à force atomique et simulations numériques. Ils ont démontré que la polymérisation radicalaire induite par une simple LED sur une surface de sel peut aboutir à des nanofils gigantesques de polymère avec une géométrie parfaitement définie. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Chemistry.

Imaginez que vous deviez construire un mur de dix kilomètres de long avec des parpaings mesurant chacun 1m. La méthode intuitive consiste à porter et assembler les parpaings les uns après les autres pour faire croître le mur. Une autre méthode pourrait aussi consister à former des groupes en pré-assemblant quelques parpaings puis porter ces groupes pour les assembler avec d’autres afin de former le mur. Cette seconde méthode est peu recommandée car ces groupes de plusieurs parpaings seraient très lourds et difficilement manipulables pour construire le mur, sauf peut-être pour Obélix. En chimie des polymères, la première méthode s’appelle la polymérisation en chaîne alors que la seconde est dite en étape. Ces méthodes sont parfaitement connues en solution et elles ont de nombreuses applications industrielles. En nanotechnologie, les nanofils étant les briques élémentaires pour connecter deux objets sur un substrat, les polymérisations sur surface furent étudiées dès 2007 pour les fabriquer. Or, de façon très surprenante, seule la polymérisation par étape a été utilisée jusqu’à présent pour former des nanofils sur des surfaces. Malheureusement, à l’instar de l’exemple de la fabrication du mur, la méthode de synthèse par étape n’a jamais abouti à la formation des fils d’au moins dix microns de long en assemblant des molécules mesurant un nanomètre. En effet, les ensembles intermédiaires constitués de quelques molécules diffusent beaucoup trop mal sur une surface pour s’auto-organiser périodiquement sur de grandes longueurs.

Dans cette étude, les chercheurs de l’Institut Matériaux Micro-électronique Nanosciences de Provence (IM2NP, CNRS/Université de d’Aix-Marseille et de Toulon),de l’Institut FEMTO-ST (CNRS/Université de Franche-Comté/Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechnologies de Besançon) et de l’Université de Lincoln (Angleterre) ont développé la première polymérisation en chaîne sur une surface, via une polymérisation radicalaire photo-induite. Ils ont réalisé des observations moléculaires par microscopie à force atomique (technique capable d’imager une seule molécule) sur des surfaces de sel. Ils ont montré que l’illumination de molécules déposées sur cette surface par une LED ultra-violette permet de créer des liaisons entre chaque molécule pour aboutir à la formation de fils de polymères mesurant jusqu’à deux microns. Ces nano-fils géants sont obtenus grâce une polymérisation en chaîne, c’est-à-dire que les fils s’agrandissent continuellement en réagissant avec les molécules diffusant sur la surface. Ces fils sont parfaitement organisés et sans défaut, ce qui est nécessaire pour conserver des propriétés physiques optimales (optique, électronique, magnétiques etc.) même après plus deux mille réactions élémentaires. Des simulations numériques ont permis de conforter les expériences pour déterminer le mécanisme de croissance des nanofils sur ces surfaces.

Ce travail réalisé ouvre en outre de nouvelles perspectives à l’essor des nouvelles technologies en proposant une solution peu couteuse en énergie et éco-compatible pour l’interfaçage des nano-composants. En effet, d’une part, la méthode de synthèse est très simple, elle ne fait appel qu’à une LED UV pour lier les molécules entre elles et les résultats sont obtenus à température ambiante, limitant la consommation d’énergie nécessaire pour les former par rapport aux chauffages thermiques usités actuellement. D’autre part, les substrats sont hydrosolubles ce qui permettra de très facilement de les dissoudre sans utiliser de solvants nocifs pour l’environnement afin de récupérer les nanofils pour de connecter des nano-composants sur d’autres supports.

Contact : Frédéric Chérioux

Lien article

Ecouter l'interview France Bleu

Lire actualité CNRS

  • Nouvelle plateforme d'aide à la conception et l'optimisation d'un système hybride pile à combustible-batterie

    Première plateforme en ligne et libre d'accès de simulations, "Virtual FCS" propose d'accompagner fabricants et utilisateurs de piles à combustibles.

    Lire la suite
  • ThermoBot : des microrobots qui marchent sur l’eau

    Imaginez, un robot, de la taille d’une mouche, marchant sur la surface de l’eau et poursuivi par un faisceau laser. On pourrait croire à un scénario de science-fiction… 

    Lire la suite
  • Reconnaître un menteur au son de sa voix ?

    Des scientifiques ont démontré que l’intensité, la vitesse et la hauteur de voix de son interlocuteur influaient automatiquement sur notre perception de fiabilité et d’honnêteté de son discours. Ces travaux sont publiés dans la prestigieuse revue « Nature Communications »

    Lire la suite
  • Projet européen de développement de composites biosourcés durables et à hautes performances

    Piloté par FEMTO-ST et porté par l’Université de Franche-Comté, Le projet de R&D « SSUCHY » qui regroupe 17 partenaires européens entre dans sa phase finale. L’occasion de faire le point sur l’avancée des travaux.

    Lire la suite
  • Comprendre la cytotoxicité des nanoparticules métalliques

    Une étude récente publiée dans la revue « Chemical Science » et impliquant FEMTO-ST donne de nouvelles perspectives dans la compréhension des mécanismes d’altération de l’ADN dans les cellules par les nanoparticules métalliques.

    Lire la suite
  • L'intelligence artificielle au service de la photonique ultrarapide de prochaine génération

    Comment l’apprentissage machine et les méthodes associées peuvent permettre d’améliorer les développements des sources laser de prochaine génération et révolutionner les applications où la lumière ultrarapide joue un rôle central ?

    Lire la suite
  • Forte implication de FEMTO-ST dans le projet H2020 « PhotonHub Europe »

    Aider les PME européennes à accroitre leur compétitivité grâce à la photonique. C'est l’objectif de ce projet qui, à travers un guichet unique, propose le soutien de 54 centres de compétences de premier plan en Europe, dont FEMTO-ST, par ailleurs coordinateur scientifique au niveau national.

    Lire la suite
  • Première mise en évidence d’ondes non linéaires autoconfinées au sein de structures plasmoniques

    En apportant les toutes premières preuves expérimentales de l’existence de ce phénomène, les chercheurs de FEMTO-ST et leurs partenaires espèrent pouvoir générer cet effet non-linéaire à l’aide de sources laser peu intenses, afin de l’utiliser pour des applications en nanophotonique.

    Lire la suite
  • Mengjia Wang reçoit le « Chinese government award 2020 »

    Doctorant au département d’Optique de FEMTO-ST de 2016 à 2019, Mengjia Wang a été récompensé par le Gouvernement Chinois pour ses travaux de thèse remarquables dans le domaine de la nanophotonique et de la plasmonique.

    Lire la suite
  • Laurent LARGER nommé Fellow 2021 de L’OSA

    Professeur de Physique/optique à l’Université de Franche-Comté et chercheur à FEMTO-ST, Laurent Larger est récompensé pour ses travaux pionniers sur la dynamique non linéaire en optoélectronique et sur le développement de nouvelles architectures pour l’intelligence artificielle photonique.

    Lire la suite

Pages