L'institut
Actualité de FEMTO-ST

Vous êtes ici

De nouveaux capteurs pour localiser les foyers épileptiques dans le cerveau

L'électroencéphalographie (EEG) est un examen irremplaçable pour le diagnostic de l'épilepsie : mais elle ne peut pas aujourd'hui être réalisée simultanément avec une IRM, technique d'imagerie médicale qui permet de localiser précisément les zones du cerveau responsables de la maladie, car les électrodes utilisées pour l'EEG sont métalliques et donc incompatibles avec les champs magnétiques appliqués par l'IRM.
Le projet EasyLepsy est en passe de lever cet obstacle grâce aux travaux menés à l'Institut Femto-ST, qui développe des capteurs non métalliques pour l'électro encéphalographie.

500 000 personnes souffrent d'épilepsie en France. EasyLepsy répond donc à un enjeu de santé publique en ouvrant la voie à de nouveaux modes de diagnostic et de contrôle de l'épilepsie et d'autres maladies neurologiques. En dehors de sa compatibilité avec l'IRM, le nouveau capteur a l'avantage de s'utiliser sans gel à appliquer sur le crâne du patient, et d'autoriser des mesures en continu, éventuellement à domicile.

La technologie au coeur du projet repose sur dix ans de recherche sur le nano usinage d'un matériau, le niobate de lithium (LiNbO3). En effet, c'est la maîtrise acquise sur ces procédés qui permet aujourd'hui à l'équipe de Femto-ST de fabriquer le composant clé des capteurs non métalliques : une membrane très mince (750 nanomètres d'épaisseur) de LiNbO3 percée de trous dont le diamètre est de quelques centaines de nanomètres. Le capteur breveté est constitué de la membrane nanostructurée en niobate de lithium, assemblée sur une fibre optique. Le dispositif est complété par une source laser et un détecteur.
L'ensemble détecte le champ électrique créé par l'activité cérébrale. La membrane nanostructurée est un cristal photonique dans lequel la lumière du laser se réfléchit entièrement à une longueur d'onde précise (1550 nm). La présence d'un champ électrique déplace ce pic de longueur d'onde, déplacement qui est mesuré par le détecteur. Le dispositif mesure ainsi les variations d'amplitude de champ électrique, et la fréquence de ces variations, soit les caractéristiques nécessaires à l'EEG. « C'est la nanostructuration de la membrane – le cristal photonique - qui, à terme, permettra d'atteindre une sensibilité de l'ordre du microvolt, indispensable pour l'électro encéphalographie.

L'équipe d'EasyLepsy prévoit de tester, dans un an, deux électrodes sur des souris épileptiques. A la fin du projet de maturation soutenue par la SATT Grand Est, d'une durée de 24 mois, sont prévus les premiers essais cliniques d'un casque d'EEG comportant six électrodes non métalliques, sur des patients sains. D'ores et déjà, la faisabilité industrielle des capteurs est à l'étude pour permettre la fabrication du cristal photonique par gravure plasma (utilisée couramment en microtechnologies), au lieu de la technique par faisceau d'ionsfocalisé (FIB) du laboratoire, trop coûteuse.

La technologie est prometteuse dans de nombreux domaines d'application autres que le diagnostic et traitement de maladies neurologiques. Des premiers contacts ont été établis avec des sociétés qui ont exprimé un fort intérêt pour l'exploitation industrielle de cette technologie, et avec lesquelles des négociations sont en cours.

Contact : Maria-Pilar Bernal (responsable du projet)

Lettre de l'innovation du CNRS

  • 8 mars, Journée Internationale du droit des femmes

    "La Liberté, comme la Science, et le droit des Femmes, sont des enjeux fondamentaux de l'Humanité.
    Lire la suite
  • Première observation de l'effet roton dans des métamatériaux

    Des travaux expérimentaux menés par FEMTO-ST et le KIT ont montré la possibilité de « piloter » la propagation de l’onde vers l’avant ou vers l’arrière en faisant varier sa fréquence.

    Lire la suite
  • FEMTO-ST partenaire de l'unité Mixte technologique "CAPPLAI"

    Des CApteurs pour piloter et optimiser la Performance des Process LAItiers

    Lire la suite
  • Les vésicules extracellulaires (EVs) : des médiateurs intercellulaires aux multiples facettes

    La plateforme NanoBioAnalytique (NBA) de FEMTO-ST au service de la qualification des EVs, dans des fluides biologiques complexes, pour des applications diagnostiques ou thérapeutiques.

    Lire la suite
  • Bonne année 2022 !

    La Direction et l'ensemble des membres de FEMTO-ST vous souhaitent une année 2022 pleine de satisfactions personnelles et professionnelles

    Lire la suite
  • Safa MERAGHNI reçoit le prix PEPITE du concours régional « Initiative au féminin »

    Son projet de création de « Smart Medical Assistant » est un dispositif intelligent d’assistance médicale sur smartphone destiné à aider les médecins dans leur diagnostic.

    Lire la suite
  • Conférence IEEE ICEMS : Best paper award

    Des chercheurs de l’équipe SHARPAC du département ENERGIE de FEMTO-ST ont reçu le «Best Paper Award» lors de la Conférence internationale IEEE sur les Machines Électriques et Systèmes pour leurs travaux concernant l’influence de la conductivité électrique sur les pertes par courants de Foucault.

    Lire la suite
  • Laboratoires communs CNRS-Entreprises 2021

    FEMTO-ST et AUREA Technology mis à l’honneur lors du LAB COM CNRS qui s'est tenu à Paris les 29 et 30 novembre.

    Lire la suite
  • Nanorobotique du futur : FEMTO-ST entre dans la 4ème dimension

    Pour la première fois, des structures nanorobotiques ont été réalisées par pliage en 3 dimensions d'une membrane multi-couche en proposant en plus leur actionnement par un principe électro-thermo-mécanique.

    Lire la suite
  • Lumière sur les lasers supercontinuum

    En collaboration avec des collègues des Universités de Tampere, d'Aston et de l'ICB à Dijon, des chercheurs de FEMTO-ST ont fait des progrès significatifs sur la compréhension de la nature chaotique des lasers en étudiant un laser supercontinuum en régime d’impulsions fortement instables.

    Lire la suite

Pages